Tarif du travail au black dans le bâtiment et risques associés

par

Le travail au noir, ou "travail au black", est une pratique malheureusement commune dans le bâtiment. Voilà pourquoi beaucoup de monde s'intéresse au tarif du travail au noir, ou se demande combien on gagne au noir. Intéressons-nous ensemble au taux horaire au noir, mais aussi aux nombres risques liés au travail au black dans le bâtiment.
Prix du travail au noir

Le prix du travail au noir dans le BTP intéresse aussi bien le particulier (qui cherche à faire une bonne affaire) que le professionnel (qui cherche à s’enrichir facilement). Ce n’est donc pas un hasard si beaucoup de monde s’interroge sur le tarif du travail au black. Néanmoins, il ne faut pas oublier que le travail non déclaré est une pratique illégale, et qui expose à de nombreux risques et sanctions. Faisons le point sur le taux horaire au noir, et sur les risques liés à une telle activité.

Travail au noir : définition

En premier lieu, il est bon de rappeler exactement en quoi consiste le travail au noir, le terme le plus utilisé pour désigner le travail non déclaré.

Qu’est-ce que le travail non déclaré ?

Pour rappel, le travail au noir, ou travail non déclaré, est le fait de ne pas déclarer un travail réalisé par un salarié. Le travail au noir est notamment très répandu dans les métiers de service, comme la garde d’enfant, la restauration ou encore le bâtiment.

Très souvent désignée de « black » ou « travail au black », cette pratique est illégale, puisqu’il s’agit tout bonnement de fraude fiscale. En effet, avoir recours au travail non déclaré permet à l’employeur et au travailleur de ne régler aucune charge sociale ou salariale.

Il n’en reste pas moins que le travail au noir est très répandu, notamment dans le BTP. Pour contrer le travail non déclaré dans le bâtiment, l’Etat a notamment mis en place la Carte BTP, qui facilite l’identification de salariés non déclarés sur un vaste chantier.

Pourquoi le prix du travail au noir intéresse ?

Malgré son caractère illégal, le travail au black intéresse de très nombreuses personnes. Le tarif du travail au black est donc d’un vif intérêt, pour le client comme pour le professionnel.

Il faut dire que le tarif du travail au noir dans le bâtiment intéresse chaque public :

  • Pour l’employeur : le maître d’ouvrage, qu’il soit particulier ou professionnel, voit dans le travail au black une manière d’économiser de l’argent. Un employeur économisera car il ne déclarera pas de charges salariales et sociales. Un particulier qui emploie un artisan au black économisera car il ne paiera pas la TVA et profitera d’un meilleur tarif.
  • Pour le travailleur : l’ouvrier du bâtiment pourra également y voir son intérêt car il touche son salaire net, sans avoir à régler de cotisations ni d’impôts sur le revenu. Dans certains cas, pratiquer le travail au noir lui permet de décrocher des chantiers qu’il n’aurait pas obtenu autrement.

Dans un cas comme dans l’autre, les risques liés au travail au noir sont généralement minimisés par l’appât du gain. Et pourtant, employer un artisan au black ou travailler au noir est passible de lourdes peines, et peut entraîner de nombreux problèmes. Voilà pourquoi Place des Chantiers condamne fermement cette pratique, qui a un effet délétère sur le secteur du bâtiment.

Le tarif du travail au black

Le coût du travail au black est forcément inférieur au prix du travail déclaré (le contraire serait un non-sens absolu pour l’employeur). Mais on notera que le prix du travail au black n’est par définition pas réglementé (puisque ce dernier est illégal).

Prix du travail au noir

De manière globale, on considère que le prix du travail au black est 25 à 50 % inférieur au prix du travail déclaré. Cela s’explique car les charges sociales et salariales représentent environ cette somme (même si cela est en réalité plus complexe à calculer).

Le tarif horaire au black débute autour de 10 €, mais peut atteindre plus selon les corps de métier. Imaginons qu’un artisan déclaré facture 40 € de l’heure TTC, on peut imaginer que son taux horaire au black sera situé entre 20 et 30 €.

L’offre peut paraître alléchante, mais les risques sont souvent insoupçonnés par le particulier qui cherche un professionnel au noir, comme nous le verrons plus bas dans cet article.

À savoir : dans le cas du recours à un artisan au black, il est rare que le professionnel déduise la totalité de ses charges fiscales lorsqu’il travaille au noir. L’écart entre le travail dissimulé et le travail déclaré est donc souvent plus léger… ce qui rend le recours au black d’autant moins intéressant pour le particulier !

Tarif horaire du black dans le bâtiment

Le taux horaire au black, un peu comme dans le monde du travail, peut dépendre de la qualification et des compétences du salariés.

Une fois encore, il est ridicule de mentionner des tarifs au black, car ces tarifs ne sont en rien conventionnés ou fixés, mais les prix constatés sur le marché seront généralement les suivants :

  • Tarif horaire d’un maçon au black : peut être situé entre 20 et 50 €.
  • Taux horaire d’un plombier au noir : sera également situé entre 20 et 50 €.
  • Tarif horaire d’un couvreur au black : peut être situé entre 25 et 55 €.
  • Tarif d’un peintre au black : est généralement situé entre 10 et 30 € de l’heure.

En moyenne, le recours à un artisan au black peut faire « économiser » autour de 20 à 30 % sur les factures… mais il est très fréquent que le risque encouru par le particulier ou l’employeur dépasse de très loin les sommes économisées !

Naturellement, le marché du black n’est pas réglementé. Ainsi, rien n’empêche à un artisan au black n’ayant aucune compétence en toiture de vous proposer un démoussage ou une réparation de toit pour 10 € de l’heure… à vos risques et périls. Une chose est sûre : un professionnel du bâtiment qui propose un paiement au black manque clairement de sérieux. Cette simple proposition devrait vous alerter et vous inciter à contacter une entreprise véritablement professionnelle.

Notre conseil : si vous cherchez un artisan, ayez le réflexe de comparer plusieurs devis pour vos travaux. Dans certains cas, vous réaliserez que le recours à un artisan au noir n’est pas toujours si intéressant qu’il y paraît !

Travailler au black : combien ça rapporte ?

Du côté de l’artisan du bâtiment, travailler au black peut permettre d’économiser autour de 30 à 50 % en charges diverses. Un artisan compétent pourra donc être tenté de recourir au black, et le travail non déclaré est souvent plus intéressant pour le professionnel que pour le client.

Néanmoins, ne pas déclarer ses chantiers est passible de lourdes sanctions. D’un point de vue plus global, le travail au noir a un impact très négatif sur le secteur du bâtiment, puisqu’il tire les prix vers le bas et met en place une concurrence déloyale. Il fait par ailleurs porter de considérables risques sur toutes les parties impliquées.

Les risques du travail au black

En dehors de s’informer sur le prix du travail au noir, mieux vaut aussi et surtout s’informer sur les risques liés à ce type d’activité illégale. Car en la matière, le tarif du travail non déclaré, bien qu’avantageux, ne doit pas éclipser les nombreux risques encourus lors de cette fraude fiscale.

Travailler au noir : risques et sanctions

Rappelons que le travail au noir est une activité illégale en toute circonstance. Si vous êtes artisan du bâtiment, travailler au black est une fraude fiscale et vous expose à des poursuites.

Les risques pour un artisan indépendant qui travaille au noir ou pour un entrepreneur qui embauche un salarié au noir sont nombreux :

  • En cas d’accident de chantier, l’entrepreneur au noir n’est pas assuré, mais sa responsabilité reste engagée. Comme ses assurances professionnelles BTP ne fonctionneront pas, il risque donc de payer de très fortes sommes en indemnisations santé. Il en est de même pour l’employeur dont le salarié au noir se blesserait sur le chantier.
  • Pour le salarié, travailler au noir empêche de bénéficier de prestations sociales, ou de cotiser pour sa retraite.
  • Un employeur risque jusqu’à 3 ans d’emprisonnement et 45 000 € d’amende en cas de travail dissimulé.
  • Un salarié du BTP non déclaré pourrait se retourner contre son employeur pour demander des indemnités.
  • Sans existence légale du contrat, l’artisan n’a aucun recours si son employeur décide de ne pas le payer.
  • Une entreprise ayant recours au travail au noir peut être amenée à rembourser toutes les aides sociales qu’elle aurait perçue sur les 5 dernières années.
  • Enfin, l’entreprise pourrait subir une fermeture administrative de 3 mois, et un artisan pourrait se voir interdire d’exercer pendant une période donnée.

N’oubliez pas que travailler au black peut avoir un impact sur toutes vos cotisations. Un artisan au black peut ainsi se voir privé de ses allocations familiales ou de ses allocations chômage.

Travail au black : les risques pour le particulier ?

Si vous êtes particulier et que vous cherchez à employer un artisan au black, n’oubliez pas que vous serez alors considéré comme employeur d’un salarié au noir. Vous êtes donc exposé aux mêmes risques qu’une entreprise ayant recours au travail au noir.

Par ailleurs, avoir recours à un artisan non déclaré vous expose à de nombreux risques concernant vos travaux :

  • Sans devis ni contrat, vous n’avez aucune preuve pour faire valoir vos droits en cas de malfaçon, ou si l’artisan décide de ne pas réaliser les travaux.
  • En conséquence, l’artisan est dégagé de toute responsabilité. S’il casse un équipement qu’il doit installer, ou endommage votre logement, il ne pourra pas faire jouer son assurance et ne sera en rien contraint de payer les dommages.
  • Sans devis, vous n’êtes pas protégé par les garanties (parfait achèvement, biennale, décennale, garantie sur le matériel…). Si une malfaçon endommage votre immeuble, vous devrez payer de votre poche.
  • Sans devis travaux, il est impossible de faire financer vos travaux par un prêt.
  • Enfin, vous ne pourrez pas bénéficier des aides aux travaux, comme Ma Prime Rénov’ ou les Certificats d’Économie d’Énergie.

De manière concrète, n’oubliez pas que le travail au black est plus intéressant pour l’artisan que pour son client. Un artisan qui vous propose de payer au black, de la main à la main, n’a donc pas forcément votre bien-être à cœur…

Refuser le travail au noir dans le bâtiment

Vous l’aurez compris, le travail au noir dans le BTP est loin d’être une habitude vertueuse. À ce titre, Place des Chantiers vous conseille absolument de ne jamais considérer le travail dissimulé, et ce que vous soyez professionnel du bâtiment ou particulier à la recherche d’artisan.

Si vous cherchez un artisan, privilégiez toujours une entreprise déclarée et assurée. L’économie liée au tarif du travail au noir est finalement assez faible en comparaison aux nombreux risques qui pèseront sur votre chantier. C’est d’autant plus vrai que la majorité des artisans au noir ne sont pas qualifiés. Vous portez donc doublement le risque que votre chantier soit mal réalisé. Besoin d’un artisan ? Pensez à remplir notre formulaire de demande de devis gratuit et sans engagement, pour profiter du réseau de Place des Chantiers !

En tant que professionnel du bâtiment, refusez tout chantier au noir. Le travail au black peut mettre à mal votre réputation, et vous expose à de nombreux risques personnels et professionnels. Ce n’est donc pas une manière pérenne de travailler dans le BTP.

Guide pratique pour trouver des chantiers

Créer une EIRL dans le BTP

La création d’une entreprise dans le BTP ne s’improvise pas. Il faut connaître le domaine et effectuer quelques démarches et formalités selon le statut choisi. Souhaitez-vous créer une entreprise individuelle dans le domaine du bâtiment ? Découvrez comment créer une EIRL dans le BTP.

Balise title: Création d’une EIRL dans le BTP : mode d’emploi

Meta-description: Voulez-vous vous lancer dans la création d’une entreprise dans le bâtiment et les travaux publics ? Découvrez comment créer une EIRL dans le BTP dans cet articl

Devis travaux et acompte : pourquoi faut-il toujours demander un acompte ?

Devis travaux et acompte : pourquoi faut-il toujours demander un acompte ?

Un acompte sur devis travaux est une somme exigée par l’artisan lors de la signature du devis. Généralement, l’acompte sur des travaux permet à l’artisan d’acheter les fournitures et de préparer le chantier. Le versement de l’acompte suite à la signature du devis est également une preuve de l’acceptation du devis par le particulier. Cette page explique en quoi l’acompte sur travaux est une bonne pratique pour un entrepreneur du bâtiment.